Home / Le Cuckolding / Le Cuckolding est-il vraiment une paraphilie ?

Le Cuckolding est-il vraiment une paraphilie ?

Dans la longue liste des paraphilies, coincé au milieu d’abominations telles que la pédophilie, se trouve le cuckolding. Cette pratique, qui n’est rien de plus que le plaisir trouvé dans l’adultère consenti, s’avère donc être mise dans le sac des paraphilies, dont certaines sont tout simplement abominables et répréhensibles par la loi.

Mais qu’est-ce qu’une paraphilie au juste ? Et puis, qu’elle est l’essence du cuckolding ? Nous essayerons de répondre à ces questions qui, pour beaucoup, restent méconnues, ce qui explique certaines critiques qui s’abattent sur les pratiquants du cuckholding.

Que désigne la paraphilie ?

Parmi toutes les pratiques sexuelles humaines recensées, il y en a certaines qui ne correspondent pas à la norme établie socialement, culturellement et/ou religieusement : il s’agit des paraphilies. Pour faire simple, une paraphilie est une attirance ou pratique sexuelle qui s’éloigne des pratiques dites « traditionnelles » ou « conventionnelles ».

Dans une société comme la nôtre, certaines normes régissent les comportements sociaux dont font naturellement partie les actes sexuels. Ces normes, souvent établies sur des critères et institutions socioreligieux, tels que le mariage par exemple, dictent donc la normalité. C’est ainsi que le masochisme, le sadisme, le voyeurisme, le triolisme, et donc le cuckolding, des pratiques éloignées des conventions, sont stigmatisées et classées dans la liste des paraphilies, au même titre que la pédophilie, la nécrophilie ou la zoophilie.

Il est donc légitime de se poser la question de savoir si le cuckolding peut vraiment être mis au même rang que des pratiques proscrites par la loi et moralement inacceptables et intolérables. Mais au fait, c’est quoi le cuckholding exactement ?

Le cuckholding ou le plaisir du cocufiage consentant

Dans le cuckholding, autrement appelé « cuckold », il est question de cocufiage consentant. En d’autres termes, il s’agit d’une appétence ou d’une pratique consistant à mettre en scène et à apprécier l’adultère.

Dans le cas du cuckold, l’homme ressent une forte excitation à l’idée de savoir ou de voir son épouse, ou sa compagne exclusive, dans les bras d’un autre ou de plusieurs hommes. Le cocu prend donc plaisir à subir l’adultère, qui est une sorte d’humiliation.

Selon les couples, ou l’homme doit rester fidèle à sa conjointe, ou il doit carrément s’abstenir de toute relation sexuelle. De cela surgit l’essence même de cette pratique : la domination sexuelle de la femme sur l’homme, lequel est cantonné au rôle du cocu. Néanmoins, et la plus part du temps, le cocufié en retire une grande jouissance.

Pourquoi est-ce que le cuckold est-il donc classé dans le lot des paraphilies ?

Si l’on classe le cuckold dans la sphère des paraphilies, c’est que cette pratique se confronte directement à la norme sociale, pour ne pas dire religieuse, qu’est le mariage. Inconcevable et durement puni pendant de longs siècles, l’adultère est encore aujourd’hui perçu négativement. De ce fait, l’excitation qui pourrait en découler, à savoir donc le cuckolding, se trouve être en marge des normes sociales.